Qu’est-ce qu’un jeune vivant dans la France d’aujourd’hui pourrait espérer de la naissance de kibboutz urbains en France ?

De nombreux jeunes ressentent le manque de perspectives, le manque d’idéal humaniste de nos sociétés tiraillées par le  chômage, l’explosion du marché du travail, l’idéologie de la croissance permanente et l’appât du consumérisme.

Nombreux sont ceux qui ressentent le besoin de donner un autre sens à  l’existence que la satisfaction des besoins individuels en affirmant la primauté de la solidarité collective en accord avec le sens de la préservation de l’environnement.

Le projet d’un mouvement social de kibboutzim urbains porte l’ambition d’une transformation radicale de nos sociétés, il  oppose le projet du concept de l’association à celui du salariat concurrentiel.

Tout indique que nous nous dirigeons vers une crise du salariat du fait du surnombre des demandeurs d’emplois et de l’importance des flux migratoires à venir, tout comme il y eut dans l’antiquité une crise de l’esclavagisme en raison du surnombre des prisonniers de guerre transformés en esclaves. En cela, la création de kibboutz urbain offre de nouvelles perspectives à saisir.

Les commentaires sont clos.