Pour beaucoup de gens le kibboutz est associé au travail de la terre. N’y a-t-il pas une contradiction entre ce qui relève de la ville et le kibboutz ?

Précisément,  si le  Kibboutz urbain reprend l’esprit originel des membres fondateurs des kibboutzim, il ne s’agit pas d’une simple reproduction du modèle kibboutznik qui existait dans les années 50. Le kibboutz urbain a opéré une modernisation des formes associatives, se  débarrassant d’un certain nombre de scories idéologiques. Dès lors, il n’existe pas de contradiction entre le fait de vivre en ville et la possibilité d’y créer un kibboutz.

Les commentaires sont clos.