Aide humanitaire individualisée

Aide humanitaire individualisée

« Séjour en famille d’accueil’

(Cliquer sur les liens en bleu pour accéder aux contenus explicatifs)

« C’est l’humain qui soigne l’humain » Marcel Rufo

Notre action: certains sympathisants, membres et ‘Haverim du kibboutz de Paris offrent, pour venir au secours de populations persécutées dans le monde, de l’argent à la hauteur de leurs moyens respectifs et/ou un accueil kibboutzique particulier.

Cette aide et cet accueil peuvent également être offerts aux jeunes et aux adultes israéliens en difficulté psycho-socio-économique et/ou traumatisés parce que vivant dans des zones exposées aux tirs de roquettes.

En lien avec des associations actives dans ces zones de vie précaire, nous organisons le voyage et l’accueil en France pour une, deux, trois semaines ou plus, de personnes jeunes et moins jeunes éprouvées au quotidien.

Pour des jeunes et adultes israéliens en difficultés psycho-socio-économiques et/ou traumatisés parce que vivant dans des zones exposées aux tirs de roquettes: 

La famille qui accueille ajuste le séjour pour le bénéficiaire, à l’écoute de sa personnalité, de ses besoins et de ses désirs. Ce projet s’articule avec celui de l’accompagnement psychopédagogique ou du coaching pour adultes en difficulté.

Pour des jeunes et adultes rescapés:

Au sortir de violences, aucune personne ne pense à se poser, à renouer avec un peu de douceur, de bien-être, à faire confiance à un étranger etc. La pensée première est de retrouver les siens, de retrouver sa maison, une maison, quelques repères. Notre projet est pensé pour des personnes rescapées qui sont revenues dans leurs villages depuis quelques temps, pour des personnes rescapées qui le souhaitent, ressentent le bien qu’un temps passé dans un pays en paix pourrait leur apporter.

Ces personnes sont installées dans le cadre chaleureux et agréable d’une famille d’accueil. De doux mets, bons pour la santé, sont partagés. Il est possible de cuisiner ensemble, de regarder des films, d’écouter des chansons, des musiques. Il est aussi possible de laisser ces enfants ou adultes profiter de la maison, en gardant un retrait. A l’écoute de ce que l’accueilli est prêt à vivre, il est possible de déambuler dans les rues de Paris, de se promener au bord de mer en Normandie ou en Bretagne pour quelques jours, à la campagne proche etc.

Il s’agit de partager, proposer, réaliser ensemble ou, se mettre en retrait, laisser en paix. Et ce, à l’écoute des besoins et désirs de l’accueilli, en attendant que l’envie de faire ensemble, de vivre, puisse être partagé.

Les échanges sont en anglais, selon le niveau d’anglais de la personne accueillie et/ou de l’accueillant. Si l’on ne dispose que de quelques mots d’anglais pour échanger, quelques gestes, des regards et des sourires généreux compensent la difficulté de communication, en attendant de progresser dans l’expression anglaise parlée, le temps du séjour.

De retour dans son pays, si le lien créé est heureux, l’accueilli peut correspondre avec son accueillant, garder le lien et la proximité, notamment grâce aux moyens modernes de communication. Ce lien entretenu permet à l’accueilli de revenir pour un ou des séjours supplémentaires, afin de continuer à se ressourcer chez son accueillant.

Ce havre de paix pour un temps permet à un jeune ou moins jeune traumatisé, de vivre un temps de fraternité et qui sait, d’amitié. Il permet aux accueillis de reprendre des forces, de commencer à quitter leurs réflexes de survie pour envisager la vie, ré-envisager l’avenir, avec une foi un tant soit peu guérie en l’Homme, foi sans laquelle il est impossible de se reconstruire, d’élever des enfants.

Certes, par ce projet, le kibboutz de Paris n’offre pas à tous ceux qui le souhaitent et qui en auraient besoin, cet accueil particulier. Mais aider un Homme à s’en sortir aide sa famille, sa lignée, son collectif. Et en matière d’aide, il n’y a pas de « petite contribution »; toute contribution est précieuse.

Les commentaires sont clos.