Paris Kibbutz, in few words…

Paris Kibbutz is a networked kibbutz, under construction.

 

It consists of a spot for collective living, in Normandy, 10 minutes from Pont Audemer and another place for collective living in Sèvres, to be founded from a shared habitat (The project is developed and written. It will be implemented once the project in Normandy is sufficiently advanced).

 

These spots are bathed in lush nature, suitable to rural culture, to regenerating if not therapeutic contemplation in these polluted and cluttered times by concrete.

 

These French spots called “matrix” are networked internationally with a “matrix” place in Israel (Kibbutz Mishol, the largest urban kibbutz among the 220 urban kibbutz existing in the country now).

 

These spots therefore offer, beyond a community life in its “matrix” territories, a collective life in a network, from the respective homes of members who do not think to live for the moment if not one day, in one of the “matrix” places in France and Israel, but wish to invest in the community life of Paris Kibbutz (teleworking, psycho-socio-educational actions, events, holidays, celebrations etc.).

 

This mesh of spots to live includes homes open throughout France, Spain, Miami etc. It keeps expanding.

 

The members of Paris Kibbutz decide how much to share their income in a bank account for the benefit of the community. A Paris Kibbutz business, developed by a group of members, is engaged.

 

Paris Kibbutz is an association under the 1901 Law :

It is a non-profit association founded in July 2018 which promotes a way of living inspired by the classic kibbutz and the urban kibbutz, hence it’s name: the rurban kibbutz. This reinvention of the kibbutz has been developed by Léa Ghidalia-Schwartz.

The association called “Psycho-social and Educational Projects and Humanitarian Actions” LKDP, under the 1901 Law, was created in parallel with Paris Kibbutz. It concentrates the actions of the association considered as being of public utility. It also delivers “cerfa” documents (receipts) to donors so that they can benefit from tax reductions of 60 and 66%.

“Paris Kibbutz” association is open to anyone interested in the kibbutz way of life, residing in France or abroad.

The kibbutz is a way of life originated from the Jewish culture, promoted by people who think it is relevant, whether they belong to this culture or not.

 

James Horrox – the kibbutz movement and anarchy, a living revolution!

The Kibbutz Movement and Anarchy, a Living Revolution. James Horrox. Summary of the work written by Joëlle, member of Paris Kibbutz. The kibbutz movement took shape in Palestine under Ottoman rule from 1910, and became one of the most successful experiences of community life and social progress of the twentieth century. If it fits fully […]

The Nahal

Nahal, an innovation that lasts …

 

The Nahal :

The role of the young soldiers of this brigade founded by Ben-Gurion in 1948, in the tradition of the pioneer spirit, was to supply the soldiers with sufficient military resources, but also to help in the creation of kibbutzim and new agricultural communities. The Nahal from its inception had the task of sending groups of 10 young people who were to found a kibbutz on a desolate land.

Over the years, the Nahal Brigade has been involved in many conflicts. Combat preparation has therefore become a priority. However, the Bazelet ’(lit. basalt) battalion of the Nahal deserves attention in light of the kibbutz renewal in Israel.

In 1987 it was decided to unify the Nahal Parachute Battalion with the 950th Battalion which was made up of veteran soldiers of the Nahal Brigade, which led to the creation of the “Bazelet” Battalion as we know it today.

The Nahal and in continuation the Bazelet battalion, have never ceased since 1948 to work for social solidarity and a collaborative life!

Bazelet, a continuation of the Nahal, is indeed a unique battalion as it is partly made up of “gar’in” members. A “garin” (Hebrew: גרעין, lit. core) is a group of young people who follow a specific program that begins even before their integration into the military. The members of “gar’in” carry out a year of pre-service which can be described as “civil service”, in which they volunteer to provide aid in disadvantaged neighborhoods, in cities in development, in kibbutzim and in population centers where live children and adolescents who require special education and attention.

Later, the “gar’in” members joined the “Bazelet” Battalion where they served for a year and a half as combat soldiers. They then continue their service for an additional year of volunteering in the social field (in Hebrew, this year is called ‘Perek Messima’, פרק משימה). At the end of this year, they return to the army for 6 months during which they carry out routine operations. This battalion is one of those which brings together the widest range of the Israeli population (new immigrants, young people from kibbutzim and moshavim, young people from big cities, etc.)

The role of the Nahal in the creation of the urban kibbutz :

“Co-operative communities began to settle in 1970, when kibbutzim members and officers of the Nahal program, combining military and civilian service, decided that they wanted to live with the collective dimension of classical kibbutz life while taking part in and influencing the surrounding society.

In 2008, there were already 2000 members of urban kibbutzim, most of them invested in educational and social action.

4 of these urban kibbutzim belong to the kibbutz movement; the other urban kibbutzim are independent. “

Click here for a Jerusalem Post article on this subject!

The Federation of Black Jews

A meeting, an effective collaboration for more than two years. The creation of the State of Israel inaugurated a meta-community [1] unprecedented in the history of the Jewish people. All kinds of Jews and non-Jews coexist there, somehow because the Israeli microcosm experiences the same cultural and socio-economic difficulties as the macrocosm of the world. […]

Qui est juif, qui n’est pas juif, qui est “goy” au Kibboutz de Paris?

 

 

 

Depuis 2 ans et demi, nous fonctionnons depuis un positionnement défini et noté sur notre site internet et autres présentations :

 

« Le Kibboutz est un mode de vie issu de la culture juive, promu par des personnes qui le pensent pertinent, qu’elles appartiennent ou non à cette culture. »

 

A cet égard, une question digne d’intérêt nous est souvent posée :

 

« Le judaïsme est en risque d’assimilation. Ne craignez-vous pas de favoriser des rencontres mixtes ainsi faisant ? Ne serait-il pas nécessaire de vérifier le judaïsme des amis, membres, ‘haverim ? De fermer certaines activités aux Juifs certifiés Juifs ? Et ce, uniquement par le consistoire ?

 

Notre réponse :

 

La vie au kibboutz de Paris nous amène quotidiennement à faire de belles rencontres. Vous nous appelez. Vous demandez à nous rencontrer. Vous souhaitez prendre part à nos actions, partager la vie de notre kibboutz en construction, devenir ‘haver KDP etc. Certaines associations également prennent contact avec nous. Cette union qui fait la force se concrétise alors par des partenariats heureux et fructueux comme ceux que nous tricotons depuis plus de deux ans avec la Fédération des Juifs Noirs, Lehaïm Handicap, Bleu Soleil Education/AMCAT.

 

Notre Kibboutz, comme précise son site (www. http://lekibboutzdeparis.org/lhistoire-du-kibboutz/le-kibboutz-en-france), est ouvert à tous depuis la position suivante :   

 

« Le Kibboutz est un mode de vie issu de la culture juive, promu par des personnes qui le pensent pertinent, qu’elles appartiennent ou non à cette culture. »

 

Nous soutenons comme suit ce positionnement : le mode de vie kibboutzique est « l’identité juive en acte », l’identité juive « par excellence » (nous ne développons pas cette assertion ici, nous la développons sans relâche dans nos autres écrits et temps de rencontre, car le sujet qui nous préoccupe en l’occurrence se trouve autre).

 

Ceci étant dit, nous pensons dans la continuité des Enseignements, qu’être Juif, que pour les Juifs, n’a aucun sens. Nous sommes Juifs aussi pour partager les joyaux de notre transmission avec ceux qui s’y intéressent, qu’ils souhaitent ou non devenir juif. Pour les croyants, ou plutôt… « les étudiants quelques peu sachant », c’est dans cette fraternité, ce partage respectueux, fructueux et heureux que des temps meilleurs appelés temps messianiques adviendront.

 

Tandis que depuis 2 ans et demi nous fonctionnons depuis ce positionnement, une inquiétude juive, digne d’intérêt, nous est régulièrement adressée sous la forme de cette question : « Le judaïsme est en risque d’assimilation. Ne craignez-vous pas de favoriser des rencontres mixtes ainsi faisant ? Ne serait-il pas nécessaire de vérifier le judaïsme des amis, membres, ‘haverim ? De fermer certaines activités aux Juifs certifiés Juifs ? Et ce, uniquement par le consistoire ? »

 

Notre réponse prend appui sur deux considérations :

 

1/ Le respect de la Loi, le principe de réalité et les règles établies, en vigueur, suffisamment reconnues et non encore remises en question, bref, le cadre, sont toujours à considérer et prendre en compte, sans quoi, aucun collectif n’est à même de transmettre, protéger et faire fructifier sa transmission.

 

2/ La considération qui précède, toutefois, ne peut se faire au dépend de la singularité, de l’allant, de l’histoire singulière juive de chaque « Ivri », de chaque « Hébreu », ou, pour le traduire autrement, de chaque « passant-cheminant » que chaque Juif porte en lui, à toute époque, « passant-cheminant » du Tigre à l’Euphrate, en direction de la Terre de la Sainteté. D’une Sainteté toujours à chercher, plus loin, ailleurs, Très Haut, là où l’on ne pensait pas. Le Juif interroge, s’interroge, chemine, erre, se perd, cherche, renonce, invente, révolutionne, guérit etc. Il est et se doit d’être toujours et éternellement en mouvance.

 

L’identité juive ou sa transmission aux autres nations réside fondamentalement depuis cet autel et invite unique : « Ivri, nations du monde, ne mettez jamais rien et surtout pas l’humain dans une petite boite avant l’heure. Partagez, étudiez, pensez, afin d’être vivant à l’image du Vivant qui vous a tous créé, afin d’être créatif de mondes infinis comme lui et non destructeurs, momifiant, idolâtres. »

 

Comment ne pas penser à cette étape de notre réflexion, à la proposition d’un sage du Talmud qui enseigne : « Nous ne naissons pas Juif, nous le devenons. » Cette proposition insiste, elle aussi, sur le fait que tout Juif, garçon et fille, qui s’engage à vivre « en Juif » à sa majorité religieuse, s’engage à porter en conscience et efficience une responsabilité première, fondamentale et particulière : faire fleurir cette condition d’être au monde, mouvante, jusqu’à son dernier souffle. Il ou elle assume « le difficile bonheur d’être Juif » pour reprendre les mots d’André Neher, la poésie du risque, d’avancer sa vie durant sur un fil, tel un équilibriste, à la merci des vents. Dans le respect de cette appréhension, ne risque-t-on pas, en réduisant d’entrée de jeu l’identité d’un Juif et son droit d’entrée dans un collectif juif à la validation du consistoire, de le torpiller dans son identité d’« Ivri », dans son « allant-devenant juif », dans l’un des vécus les plus précieux et uniques de l’identité juive aux plans de l’individuel, du collectif juif comme du grand collectif, de l’universel ?

 

Ceci étant posé, comment faire pour respecter le bien-fondé des deux incontournables perspectives juives évoquées ci-avant, d’apparence paradoxale ?

 

Au Kibboutz de Paris, pour l’heure, notre petit collectif est constitué d’amis d’Israël qui ne sont pas juifs et principalement, de personnes juives dans leur histoire, leur désir, leur joie. Certaines ont validé cette histoire d’amour et d’étude permanente avec leur judaïsme au consistoire, d’autres dans la communauté massorti, d’autres au MJLF, d’autres sont en cours de validation, si nous pouvons dire les choses ainsi.

 

Le couple, la famille et le groupe sont les lieux de transmission du judaïsme par excellence. Le couple, par le mariage, le lieu par excellence.

 

Alors, quand le Kibboutz ouvre ses portes à de nouvelles personnes, plutôt que de demander « des papiers en règle », nous avons choisi de nous parler sans tabou. La question de l’identité n’est pas une offense mais une invite au voyage, au partage. De là, à chaque parent de transmettre à ses jeunes, à chaque adulte d’assumer : si dans l’intime du couple, le partage d’une vie juive compte, il revient alors de ne se mettre en lien amoureux, conjugal, qu’avec une personne qui porte un judaïsme qui convient, semble pouvoir épanouir, faire fleurir le sien. Il y va de notre force de caractère et de la connaissance de soi. Il n’y a alors aucun mal à interroger une personne qui nous inspire sur sa trajectoire et sa maison culturelles puis en tirer les conséquences pour soi. Nous ne voyons là qu’intelligence, intérêt et respect.

 

Vous direz à juste titre : « Oui, mais l’amour dépasse la raison. Un jeune ou moins jeune peut, et c’est sa liberté, choisir pour son foyer de ne se mettre en couple qu’avec un juif , un chrétien, un musulman, un athée, un bouddhiste etc. et l’amour sinon le rattrapage névrotique faisant leur œuvre, se retrouver là où il ne voulait surtout pas. »

 

Quand l’amour dépasse la raison, cela relève du Très Haut. Et tout est bénédiction. Ainsi va l’histoire juive depuis des millénaires, créative et toujours bien vivante, non ?

 

Avoir confiance en la vie, l’avenir, c’est croire en D… (André Neher)

 

 

Ceci étant dit, Au Kibboutz de Paris, nous assumons et répétons : vous êtes tous les bienvenus.