Présentation du Kibboutz de Paris

(Cliquer sur les liens en bleu pour accéder aux contenus explicatifs)

Préambule 

«Israël est rempli de gens qui cherchent une vision, une vie qui ait un sens. Les kibboutz urbains, axés sur une mission leur donnent un moyen de vivre ainsi.  »  (Omer Lefkowitz, membre du kibboutz Beit Yisraël) 

Pour le dire autrement, le kibboutz urbain travaille à la construction de la société israélienne de demain, plus largement, au « tikkoun olam[1] ». 

Pour mieux comprendre le mouvement israélien du kibboutz urbain, lire la traduction française que nous vous proposons d’un article publié sur « Israël 21c, uncovering Israël »,  en septembre 2018: En Israël, le mode de vie du kibboutz se réinvente. Les kibboutz urbains se multiplient et améliorent la vie en ville. 

 L’association Le Kibboutz de Paris s’est donné pour objectif premier de sensibiliser les Juifs de France à ce type de vision, de mode de vie, au « kibboutz urbain », afin qu’ils osent, inventent,  créaient des kibboutz urbains où ils vivent, pour leur bonheur et celui de leur environnement.  Par la fondation d’un kibboutz en Île de France, l’association Le Kibboutz de Paris met le pied à l’étrier à ces Juifs sensibilisés afin qu’ils s’engagent dans une vie kibboutzique. 

 

Présentation

« Le kibboutz de Paris » est une association à but non lucratif dont le but est de promouvoir un mode de vie inspiré du kibboutz classique et du kibboutz urbain:  le « kibboutz rurbain ». Cette association a été fondée en juillet 2018.

Un premier kibboutz rurbain est fondé en janvier 2019, à 30 minutes de la porte de Bercy, en Île de France. Il porte le nom de l’association dont il inaugure la première action. 

« Le kibboutz de Paris » est donc le premier kibboutz « rurbain ».

Mais qu’est ce qu’un kibboutz « rurbain » ?

Un « kibboutz rurbain », comme son nom l’indique, est un collectif dispatché au plan géographique : une partie de ses membres vit en milieu rural tandis que l’autre partie de ses membres vit en milieu urbain.

Ainsi, le kibboutz rurbain concentre et propose à ses membres les atouts du kibboutz rural et du kibboutz urbain :

  • 1/Les atouts du kibboutz rural.Disposant d’un lieu à la campagne, le kibboutz rurbain permet un quotidien ou des vécus en fin de semaine, en vacances, proche de la nature. Au Kibboutz rurbain, on entretient ses maisons, ses jardins, ses terrains. On construit, répare, plante, récolte etc. Ce faisant, le kibboutz rurbain poursuit les idéaux juifs défendus par bon nombre de ses penseurs, en œuvrant pour une vie proche de la nature, de la terre – et pas seulement de la Terre d’Israël. Cette proximité participe au bon épanouissement de l’identité juive tout autant qu’à la célébration de tout ce qui a été « divinement » créé.  
  • 2/Les atouts du kibboutz urbain : 

Les kibboutz urbains existent en Israël depuis 1987. On en compte plus de 220 aujourd’hui. 

Le kibboutz urbain regroupe entre 10 et 30 personnes environ ; le plus grand kibboutz urbain en Israël « Mishol » près de Nazareth regroupe 150 personnes dont la moitié sont des enfants. Ce nombre limité de membres permet de préserver au sein du kibboutz une proximité, l’attention sensible des uns pour les autres, une convivialité, une bonne affection, une entraide effective

  • Chaque kibboutz urbain choisit les objets et les modalités de ce que ses membres vont gérer en commun, au plan du travail, du mode de vie et de ses actions humanitaires et/ou socio-éducatives internes et externes. Du fait du nombre limité de ses membres, le projet de vie collectif de chacun correspond aisément à celui mis en place par tous. Ainsi, chaque kibboutznik vit satisfait et épanoui, autant que faire se peut.
  • Le kibboutz urbain est un maillage réuni autour d’un partage de moyens et d’actions socio-éducatives et/ou humanitaires. Ainsi, 10 personnes à Haïfa, 15 à Tel-Aviv et 3 à Beer-Shev’a peuvent se revendiquer d’un même kibboutz urbain du fait qu’elles travaillent ensemble dans un même lieu et/ou par connexion internet ou autres, qu’elles mettent une partie de leur salaire ou tout leur salaire en commun sur un compte bancaire, qu’elles passent du temps ensemble au quotidien ou à l’occasion, qu’elles en partagent l’organisation et les taches, qu’elles gèrent un même projet d’action socio-éducative et/ou humanitaire. Ce « maillage » peut être élargi à l’international.

 

Le kibboutz de Paris a pour projet « d’intégrer » dans son maillage ou plutôt d’enrichir « son choutaf » (mise en commun de moyens, actions, savoirs, savoir-faire etc.) des kibboutz existant en France (Pardaillhan) ou en passe d’être fondés (ex : Marseille), des kibboutz à l’étranger comme celui qui existe à côté de Londres, ou encore en Belgique etc., des kibboutz en Israël.

Depuis sa création en juillet 2018, Le kibboutz de Paris déploie un accueil et hébergement interkibboutzique,  des actions psycho-socio-éducatives et humanitaires, des actions de jumelage avec des kibboutz en Israël et diaspora, des partenariats avec d’autres associations et un projet lucratif.Ilorganise des évènements (ateliers- brunch/dîner, célébrationsséjours « mode kibboutz »voyagescours et des journées portes ouvertes) afin de faire connaître, partager son mode de vie, de pensée et ses actions.

Si vous voulez comprendre plus concrètement ce qu’il en est du Kibboutz de Paris, vous pouvez surfer sur son site : www.lekibboutzdeparis.orget sur son Facebook : Le kibboutz de Paris.

Pour finir, les 4 slogans du KDP :

« Le kibboutz n’est pas un mode de vie qui convient à tout le monde. Mais s’il te convient à toi, alors cherche ton kibboutz et rejoins les ‘haverim! »

« Le kibboutz rurbain est un instrument de changement des mentalités »

« Pas besoin d’être d’accord sur tout pour mener ensemble de belles actions »

« Le kibboutz rurbain, c’est du judaïsme en acte. Ce n’est pas un projet, c’est une réalité ! »

[1]Le « tikkoun olam » est l’un des concepts centraux du Zohar (Livre de la Splendeur), qui est l’œuvre maîtresse de la Kabbale.Le « tikkoun olam », ou « tikkun olam », en hébreu : תיקוןעולם, veut dire : « réparation du monde ». Il est un concept qui recouvre en grande partie la conception juive de la justice sociale. 

Les commentaires sont clos.